Saison…

Voilà les dernières heures du mois de Mars et pour la première fois de ma vie j’ai envie de m’arrêter et regarder en arrière.

D’habitude je me pose la question en fin d’année mais là 3 mois se sont écoulés et je ressens le besoin de “constater”.

 

Pourquoi faire des pauses?

 

Il faut apprendre à gérer son temps, et à recharger les batteries. Regarder, pour et comment mieux avancer dans tous les aspects de sa vie. Vous avez dû constater que je suis dans une démarche assez spirituelle ces derniers temps et même dans cet univers les saisons existent et il est bon de s’en rendre compte afin d’anticiper et de percevoir ce que la saison à venir apporte.

Faire des pauses comme pour recharger les batteries, vider son corps des énergies négatives accumulées. Ce que je ressens c’est qu’un jeûne est bienvenu. Car en même temps qu’on permet à l’esprit de se vider on permet à l’organisme de se reposer et de se renouveler. Une journée serait suffisante? je ne sais pas…Mais manger des fruits toute une journée ne devrait pas faire de mal.

Faire des pauses pour ménager sa monture car il y a encore 9 mois à tenir…pour l’année en cours.

 

Ce que je laisse aller

 

Depuis peu je pratique la méditation et dans les séances on dit souvent de libérer un certain nombre de choses. Alors des 3 mois passés je me libère de plein de choses:

  • paresse
  • rancoeur
  • proscratination
  • indécision
  • désordre
  • orgueil
  • confusion
  • peur

Vous devez vous dire mais elle n’est pas commode celle là…mais en fait ce sont des petites choses que nous faisons au quotidien sans nous en rendre compte. Et les nommer pour moi c’est comme les exorciser.

Etes-vous capables, aujourd’hui, de dire de quoi vous vous libéreriez? Moi oui.

Certains penseront que je m’étale…que je raconte mon intimité mais je dis que ce que vous voyez n’est qu’une infime partie de ce qui est dedans. Les combats internes sont terribles pour arriver à une surface (ce que vous voyez) acceptable. Et c’est ce qui fait nos défauts.

Je pars du principe que mon expérience peut aider, et que j’ai fait ce blog pour être …être et pas rêvée …parce que si je veux être rêvée, il me suffit de porter un masque et feindre être celle que je ne suis pas. A ce moment que vous apporterai-je? du vent…donc oui J’ai mes démons!

En quelques mots…

 Je devais aller à la poste déposer ce dossier de candidature (vraiment est ce que je vais même y arriver?…huh), mais j’ai tellement la flemme que je me dis dans 1h et 1h après j’ai tjs pas bougé, quand je me décide à bouger je cours dans tous les sens, je cherche le dossier en question, je l’avais posé là pourtant. Ouf enfin! J’ai mis la main dessus et je fonce à la poste qui est fermée (évidemment) quand j’arrive et je passe le reste de la journée à regretter, à m’en vouloir. Je croise Miranda qui me dit mais pourquoi t’es pas sortie plus tôt? Et je me dis mais de quoi tu te mêles et je lui en veux de ne pas m’avoir dit assia.

 

Oui c’est aussi simple qu’une histoire de 7 lignes et demi…

Faites quelque chose pour moi cochez ce que vous avez reconnu de ma liste…et faites votre histoire…avec vos démons.

Voilà ce que je laisse aller…je ne dis pas que dans 3 mois j’aurai changé ces points mais je dis que je SAIS!  et j’ai du boulot. Et je suis prête.

 

Et les saisons dans tout çà

 

Dans les saisons de nos vies, il y a des moments comme çà, j’ai été dans des saisons de prospérité financière, prospérité relationnelle, maintenant je suis dans une saison d’apprentissage personnel. Une saison d’expansion personnelle où je dois Me connaître pour savoir ce que je peux apporter aux autres. Et il est justement important de déterminer, de connaitre les saisons car cela nous permet d’identifier les suivantes.

Parce qu’une saison est la préparation de la suivante, il faut en sortir avec de quoi survivre dans la suivante et ainsi de suite.

Ce me fait penser à la cigale et à la fourmi…La fourmi a pris le temps de travailler pendant une saison pour avoir le loisir de se “reposer” pendant la suivante…

Quand nous allons à l’école nous nous investissons à apprendre pour qu’à la saison adulte de nos vies nous puissions avoir un niveau de vie minimum.

Pour moi ces 3 mois étaient une saison creuse. Creuse dans le sens où ce n’était pas une saison de récolte mais une saison d’enseignement de la discipline. Où j’ai appris que la discipline personnelle est quelque chose de stratégique dans tous les domaines. Je le savais déjà, mais je ne le ressentais pas dans ma chair.

J’ai de la discipline dans mon travail, j’ai une certaine discipline de vie…mais là j’ai réalisé (…rendu palpable…rendu limpide) que même ses relations on les discipline. Même sa façon d’être on la discipline. Et avant de passer à la saison suivante que je sens être une saison d’extériorisation, il faut que j’emporte ce bagage avec moi.

Est ce que vous me suivez toujours?

Si la fourmi n avait pas récolté tout l’été, en hiver elle se serait retrouvée fort dépourvue…non?

Une saison donne les armes pour affronter la suivante, il ne faut pas louper ces armes, il faut faire ses classes, il faut prendre les baffles, et ne pas focaliser dessus mais se dire, qu’est ce que j’emporte, qu’est ce que j’en retire…

Ne loupe pas la sortie de ta saison actuelle, et je pense que tu ne louperas pas la saison d’après.

I feel it…je le ressens en moi …j’écoute beaucoup mon coeur et je sais que je suis à l’aube d’une saison où je serai exposée*. *moins cachée, J’aurai à montrer des choses que j’ai en moi…mais je ne sais pas encore quoi exactement. Comme disait quelqu’un tu es enceinte des plans de Dieu. OUI je ramène à ma spiritualité parce que j’y crois. Rien que le fait de vous écrire ici est une preuve de ce que j’ai en moi…qui a été libérée par ma foi. Je n’écrivais pas publiquement par peur…mais attendez… N’ai-je pas dit que je laissais la peur de côté?

 

Et toi…Quelle est ta saison?

 

LydiaUnchained about seasons of life …

Advertisements

Santé/Cameroun – Dispositif Monique Koumatekel

Parlant de la construction d un parc d attraction avec Heros africains/noirs, avec un petit frère je lui disais ceci …

image

Et début Mars je me suis dit je vais sortir ce système de santé de ma tête. Je vais le poser et qui sait… j avais écris ceci …

image

Voici le texte:

image

image

image

image

Je n avais pas encore fini mon papier … que le 12 Mars est tombé comme une massue sur ma tête.
J ai voulu écrire mon ras-le-bol online…mais j’ai trouvé ça “nul” et “inefficace” et “boring” et “inutile” … alors je suis allée sur le net j ai tapé pétition…

Et je me suis dit voilà donc le moment de sortir ce système de santé de ta tête. Écrit et dépose le là…on ne sait jamais. Au moins j aurai contribué à quelque chose…au moins je me battrai pour que quelque chose soit fait…au moins je me sentirai UTILE même si je suis loin.

Voici mes propositions elles appartiennent à tous les camerounais.

Une PROPOSITION D’UN Dispositif “Monique Koumatekel”
Pour Reformer le système de santé au Cameroun

Par: Lydia L.
France
19 mars 2016 — Bonjour à tous,

Tout d’abord MERCI à tous pour votre soutien.
Passé, l’émoi la mobilisation continue, et doit continuer. Cela fait une semaine jour pour jour que Monique et ses enfants sont partis. Cette tragédie est notre tragédie à tous et nous avons besoin d’être ensemble conscients de nos échecs.

Nos comportements doivent changer pour que les “choses” changent. Ne dit-on pas, nous sommes le changement que nous voulons voir?

Ce message a pour but de vous tenir au courant des actions et propositions prises au delà de cette pétition.

Le dispositif Monique Koumatekel (en mémoire de la défunte) est une proposition de projet qui aura pour but de mettre en place la gratuite d’accès aux urgences et la prise en charge obligatoire des patients se présentant devant un service d’urgences.

C’est un projet à long terme qui est articulé autour de 4 grands axes:

– Mise en place de la couverture universelle
– Financement
– Sensibilisation, responsabilisation et information des populations
– Contrôle permanent

Note générale:
Tous ces éléments seront soumis à l’Ordre des médecins et avocats spécialistes pour nous assurer que ce sont des choses qui existent déjà (auquel cas il faudrait les adapter ou actualiser) ou pas (auquel cas il faudra les mettre en place) dans la mesure du possible (cadre légal et institutionnel).

A – Mise en place de la couverture universelle

Il s’agit ici de la gratuité des soins d’urgences et de la prise en charge obligatoire des patients.

Comment?

1- Centre d’appels : Il faudrait un numéro (gratuit) d’urgence au niveau national qui permettrait à chaque personne devant une situation d’urgence d’appeler les urgences pour signaler le cas.
Au centre d’appels on identifie le cas et son degré d’urgence, la ville/la localité et deux actions suivantes:

a. Envoi de l’ambulance pour récupérer le patient (si localité inaccessible, on demanderait aux personnes d’avancer à un point accessible à l’ambulance)

b. Appel du service d urgence de l’hôpital ou du service d’accueil du centre hospitalier le plus proche pour prévenir de l’arrivée d’un cas.
Ceci permettrait déjà d’avoir un suivi de la prise en charge du patient mais aussi de prévenir le service qui se tiendra prêt à prendre à charge le malade.

Une fois arrivé par ambulance, le patient sera donc admis automatiquement au sein de l’hôpital. Ce numéro sera utilisable par toutes personnes présentes au moment d’un accident ou autre, donc même en cas de transport personnel. Il permettra à ce que les gens soient dirigés vers le bon hôpital et que cet hôpital soit prévenu de l’arrivée d’un cas.

2- Dans les cas de transfert d’un hôpital à l’autre, il y aura obligation des hôpitaux d’appeler ce centre d’appel mais aussi l’hôpital d’accueil pour prévenir de l’arrivée du cas. Enfin fournir un document aux accompagnants et/ou ambulanciers un document de transmission à remettre à l’hôpital accueillant les patients. Il faudrait s’assurer que le nouvel hôpital soit en capacité (technique, cas/pathologies spécifiques…) de recevoir le cas en question.

3- La prise en charge concrète du patient doit être effectué : admis dans l’enceinte de l’hôpital, examens nécessaires, chirurgie…. etc tout le nécessaire doit être fait par les médecins et infirmiers (dans les règles de la déontologie du domaine médical et de respect de l’être humain), tous ces actes codifiés doivent être facturés au FSC (Fond de Solidarité Camerounais – détail plus bas) avec lequel tous les hôpitaux devront signer un accord. La prise en charge des patients devrait se faire par :
– un système soit de ticket (ordre d’arrivée) et
– le degré d’urgence
Et non, sur la base d’autres critères subjectifs.

4- Mettre en place une carte de bénéficiaire de couverture universelle qui contient à minima l’identité du patient, les personnes à prévenir en cas d’urgence et permet à l’administration de l’hôpital de savoir que le patient est couvert parce cette “assurance” tierce (FSC).

5- Embauche si nécessaire ou meilleur affectation des médecins aux services d’urgences les hôpitaux sont les plus compétents pour répondre à ce point), embauche d’ambulanciers et de personnels médicaux pour la plateforme téléphonique.

B – Finance

Comment financer ce dispositif?

1- FSC : fond de solidarité camerounais a pour but de payer les frais engendrer par la prise en charge de patients n’ayant pas d’assurance ou ayant une assurance et n’ayant pas de liquidité au moment de l’admission (dans ce dernier cas, un accord avec les autres assurances locales devra être mis en place, pour s’assurer du recouvrement des fonds avancés à leurs assurés. Ceci afin d’éviter tout débordement et contre utilisation du fond car il est en priorité à disposition des plus démunis).

Un organisme indépendant récolterait les dons des camerounais (particuliers, entreprises, associations ou autres) via une plateforme (site web) et mettrait à disposition des hôpitaux ayant un service d’urgences:
– soit une facilité de caisse gérée par l’hôpital avec obligation de compte rendu hebdomadaire,
– soit alors toutes les semaines le FSC récupère les factures des urgences et les paient (toutes les semaines ou mois je laisserai les experts comptables décider de la périodicité).

Les dons peuvent être numéraires (site web ou virement ou mobil money pour éviter les espèces) ou nature (matériel médical par exemples).

Les montants sont libres pour les donateurs mais pour les bénéficiaires de la carte couverture universelle il faudrait étudier un montant (par exemple 500f par mois à verser, dans certains cas, ce montant pourraient être financés par l’Etat via une augmentation des allocations sociales/familiales versées aux familles).

NB : le numéro gratuit est accessible pour tous, et la carte est pour ceux sont bénéficiaires du FSC.

Ce fond devra avoir une obligation de transparence, publier sur le site internet chaque mois les dépenses financées ainsi que les charges diverses liés à la gestion d’un tel fond. Afin que chaque camerounais sache à quoi a servi son don.

2- Ambulances, plateforme téléphonique (centre d’appels), autres matériels médicaux nécessaires aux urgences

L’Etat devrait s’assurer de l’achat de véhicules médicalisés pour les services d’urgences ainsi que les autres matériels nécessaires.
Un appel aux dons sera émis aux organismes compétents en matières d’équipements médicaux.
Ex de répartition: L’essence des ambulances est financée par le FSC mais les ambulanciers sont des employés des hôpitaux publics donc de l’Etat.

3- Campagne de communication et d’information

L’Etat devra engager des fonds de façon massive pour “éduquer” sa population à une meilleure conduite par de vastes campagnes de communication tout au long l’année.

Publicité éducative à la télé
Publicité par panneaux d’affichage
Journées portes ouvertes dans la mesure du possible.

Au niveau de la diaspora, une participation à ce type d’action est fortement encouragée soit dans cette campagne de sensibilisation soit pour les collectes de fond.

C – Sensibilisation, responsabilisation et information des populations

• Faire des panneaux/pub pour vulgariser le N° gratuit national des urgences (flyer, sticker dans les taxis, cyber et autre call box…)
• Faire des spots sur le comportement à adopter en cas d’urgence (avec des messages forts: j’appelle les urgences, je ne filme pas..)
• Faire des spots publicitaires sur le comportement à adopter quand un citoyen arrive dans un service public et vice versa quand une personne travaille dans un service public et accueille un patient
• imposer des séminaires de formations aux personnels des hôpitaux publics ou centres hospitaliers publics pour un meilleur accueil des patients
• campagne anti détournement de fond : Pour que le FSC fonctionne il faut de la confiance entre les gérants du fond, les hôpitaux, les assurances et les donateurs. Donc faire des campagnes fortes pour rappeler que ce fond est bénéfique à tous et que la transparence doit régner.
• Aller dans les quartiers défavorisés et informer les populations de leurs droits à l’accès à la santé et leur intérêt à cotiser à ce FSC (au format des campagnes de vaccination déjà organisée au cameroun).
• Organiser des journées portes ouvertes ou emmener les différents de métiers de l’hôpital dans les écoles pour que dès le plus jeune âge les camerounais sachent de quoi il s’agit et ce qui est mis en place pour eux.

Le but est de responsabiliser l’ensemble des citoyens camerounais sur leurs droits et devoirs en matière de santé.

D- Contrôle permanent

Ce point est le dernier, mais c’est, après le financement le plus crucial, s’assurer du contrôle et du respect du Dispositif Monique Koumatekel.

• Contrôle du respect des procédures d’accès aux urgences
• Contrôle de l’utilisation des fonds du FSC
• A la charge des hôpitaux de dicter des règles de conduite dans leurs locaux à leurs personnels et mettre les sanctions en place pour des comportements déplacés vis-à-vis des patients ou des médecins.
• Mise en place de caméra de surveillance dans les hôpitaux pour faciliter les enquêtes en cas de problèmes.
• Notation multicritères des hôpitaux (accueil des patients, soins, gestion…)

Chaque camerounais doit se contrôler et être garant du bon fonctionnement du dispositif. Mettons en place et prenons en soin ENSEMBLE.

Chaque point peut être développé encore plus en profondeur mais voici les grandes lignes du dispositif.
L’ Ordre des médecins saisi, recevra cette proposition dans les plus brefs délais.

N’hésitons pas à nous rassembler (pétitions, initiatives, propostions…) autour d’un seul but.

Pour toutes informations ou suggestions, ou participations : asso.heureuxensemble@gmail.com

Merci d’avoir pris le temps de lire.
Ne te demande pas ce que ton pays fait pour toi, demande toi ce que tu peux faire pour ton pays.

Bien à vous.

https://www.change.org/p/gouvernement-camerounais-r%C3%A9forme-des-urgences-au-cameroun/u/15894575